Ce dimanche et demain lundi, l’International Surf Film Festival d’Anglet déroule sa 12e édition

Le festival international du film de surf qui a débuté vendredi se poursuit jusqu’à demain soir lundi sur le site de la Chambre d’Amour à Anglet. Pour les amateurs de surf, c’est le rendez-vous annuel des producteurs et réalisateurs de film ayant trait à la glisse. La 12e année que cet événement rassemble les meilleures réalisations internationales, l’occasion de découvrir des histoires et des personnalités qui sortent des sentiers battus. A noter, les organisateurs offrent l’accès gratuit aux visiteurs dans le cadre naturel du bord de mer avec, en prime, des transats à disposition pour assister aux projections.

Maxime Huscenot et Alizé Arnaud ont brillé sous le soleil à la Quiksilver Maider Arosteguy

Le week-end pascal a été à la hauteur de l’événement : du soleil et de la houle. Les 250 compétiteurs en ont profité, tout comme les centaines de spectateurs rassemblées sur le site de la grande plage de Biarritz. Les organisateurs de la Quiksilver Maider Arosteguy ont aussi surfé sur les prévisions météo, en faisant disputer la compétition open samedi et dimanche, profitant ainsi d’une belle houle. Lundi, les plus jeunes ont eu droit à des vagues moins grosses. Mais en prime, ils ont bénéficié de la présence de Benjamin Sanchis, parrain cette année de la compétition, le landais d’Hossegor qui a surfé en décembre dernier à Nazaré, au Portugal, une vague de 30 mètres. Il a suscité l’admiration des jeunes.

Pauline Ado reste sur sa faim après ses débuts sur le circuit WQS

Pauline Ado, qui a passé 4 années dans l’élite mondiale, se retrouve reléguée cette saison dans le championnat qualificatif WQS. Rappelons qu’elle avait bouclé  le top 17 mondial (WCT) en 14e position, obligée de descendre d’un étage dans la hiérarchie mondiale. La championne hendayaise vient de débuter son nouveau championnat avec une épreuve en Chine et une autre en Australie, et se prépare à repartir en Australie pour la 3e manche avec autant de pression sur les épaules que l’an dernier. L’objectif étant désormais le top 6 pour pouvoir en 2016 retrouver sa place dans l’élite mondiale. Et sur le vu des premiers résultats, cela s’annonce difficile. Pauline Ado ne cache pas qu’elle est restée sur sa faim après les deux premières compétitions.

Bannière produits JDS Encore aucun article

L’Hendayaise Pauline Ado joue son maintien dans l’élite mondiale au Roxy Pro d’Hossegor

Comme l’an dernier, Hossegor accueille l’élite mondiale du surf masculin et féminin cette semaine. L’Association of Surfing Professionnals (ASP) a opté en effet pour un regroupement des deux compétitions, délaissant Biarritz pour le Roxy Pro. On se souvient que l’an dernier, la compétition, prévue en juillet, avait été purement et simplement annulée faute de vagues, et reportée à fin septembre à Hossegor, juste avant le Quiksilver Pro France pour les hommes. Du coup, l’élite mondiale du surf féminin se retrouve depuis ce mercredi sur la côte landaise jusqu’au 29 septembre, avec le Quiksilver Pro France qui lui prend la vague du 25 septembre au 6 octobre. Deux compétitions très attendues, notamment pour l’Hendayaise Pauline Ado qui va jouer son maintien dans l’élite mondiale.

Festival International du Film de Surf d’Anglet : le Brésil à l’honneur

C’est sur le site de la Chambre d’Amour, spot historique de la Côte Basque, que la planète glisse se retrouve chaque année pour le rendez-vous incontournable des amateurs de films de surf. C’est là, qu’en 1963, le Surfing-Club de la Chambre d’Amour fût créé, l’un des tout premiers clubs de surf d’Europe. Cette 11e édition a réuni le meilleur du film de surf, les toutes dernières productions devant un public nombreux et un jury éclectique. C’est finalement le film de Rafael Melli sur la culture surf au Brésil qui a remporté le prix du Meilleur Film 2014.

Du monde et des vagues pour les finales de la 30e édition de la Maider Arosteguy

Il fallait bien ça pour fêter dignement le 30e anniversaire de la Maider Arosteguy, l’une des plus anciennes compétitions de surf en Europe. Après deux jours de petites conditions, la Grande Plage de Biarritz a bien voulu offrir lundi les belles vagues espérées depuis le début de la compétition. Les vagues étaient bien au rendez-vous, un bon mètre et demi avec en prime un temps printanier. L’idéal pour les surfeurs et aussi pour le public venu en nombre. Plusieurs centaines de personnes étaient là, certains en spectateurs avisés, d’autres tout simplement en curieux, dont certains touristes en vacances et tout heureux de pouvoir apprécier les figures des surfeurs en compétition.

Du beau spectacle sur les plages landaises

C’est hier, et jusqu’au 30 septembre, qu’a débuté le Roxy Pro France sur les vagues d’Hossegor. Initialement prévu en juillet dernier à Biarritz, la compétition avait dû être annulée pour cause d’absence de vagues. Spécificité cette année, l’unique manche française de l’ASP Women’s World Tour a lieu pendant le Quiksilver Pro, septième étape du championnat du monde de surf professionnel masculin.

Le Glisseguna : un festival étonnant voire détonant pour le sport et la culture

Glisseguna dont la 11e édition vient de se dérouler sur différents sites de la Côte Basque demeure une initiative singulière. Une histoire qui a maintenant plus de dix ans entre les sports de glisse et une culture locale forte d’une langue, qui aujourd’hui s’apprend à l’ikastola. Conjuguer le surf, le skate à la culture basque, faire découvrir ce que peuvent être les sports de glisse tout en y insérant la dimension linguistique de l’Euskara, inévitable pour le bon déroulement de cet évènement organisé  avec le concours d’une vingtaine d’associations.