L’Anglet Beach Rugby Festival a fait son spectacle

Cette année, l’Anglet Beach Rugby Festival a retrouvé le soleil samedi et dimanche, après une journée d’ouverture un peu humide et ventée. On se souvient que l’an dernier, le soleil s’était montré timide et l’air bien frais. Or le beach rugby est plutôt associé à l’image du sable chaud. Ce retour du soleil aura permis aux participants des différents tournois de faire du spectacle. Le public venu  découvrir le rugby de plage a apprécié le jeu pratiqué dans ce stadium de sable de 10 000 m² divisés en trois terrains de jeu, au bord de l’océan. Plus de 1 500 compétiteurs de tous les âges s’en sont donnés à cœur joie et parmi eux, quelques visages connus du monde de l’ovalie.

A la une du week-end : l’Anglet Beach Rugby Festival et ses 1 500 joueurs sur le sable

Le rugby revient à la une ce week-end, pas encore sur les terrains du championnat de France, mais sur le sable d’Anglet. Cela fait plus de 10 ans qu’il a trouvé ses marques sur la plage des Sables d’Or. L’Anglet Beach Rugby Festival constitue à la fois une belle recréation de l’été tout en donnant déjà un avant-goût des joutes plus officielles. Et pendant que les amateurs d’ovalie vivront à l’heure du tournoi angloy, les amoureux du ballon rond seront à Saint Jean de Luz ce samedi à 18h pour voir à l’œuvre les joueurs professionnels de la Real Sociedad et du Toulouse Football Club. Ce match est organisé à la demande du club basque au profit de l’association Seaska, qui gère les ikastola (écoles en langue basque). La Real se mesurera donc au TFC (Ligue 1), qui avait affronté l’Athletic Bilbao l’an passé à Bayonne.

Le bouclier échappe à Menditte, les crabos de l’Aviron Bayonnais vainqueurs du Red Bull Ovalie

Au lendemain des finales du bout de saison, il y a le bonheur des joueurs de Saint Martin de Seignanx, champions de France 1e série après avoir dominé leurs rivaux lot et garonnais de Castillonnes sur le score de 26 à 5. Cela faisait déjà plus de 20 ans que le club landais n’avait pas connu une telle réussite. Et puis il y a aussi l’immense frustration des joueurs de Menditte. Les Souletins laissent échapper leur premier titre de champion de France, défait d’un petit point par leurs homologues parisiens du Paris XO, 24 à 23 ! Enfin, on retiendra de ce dernier week-end de rugby le succès des crabos de l’Aviron Bayonnais au Red Bull Ovalie qui se jouait au stade Christian Bélascain, au pied des remparts de Bayonne.

Bannière produits JDS Encore aucun article

Anglet, l’ASB et Urrugne éliminés, Menditte jouera sa première finale

La bande des quatre a été décimée. Anglet en Fédérale 2, les garçons de l’AS Bayonne dans le championnat Honneur et Urrugne en Promotion Honneur sont tombés en demi-finale. Seul le club de Menditte en 4e série s’est ouvert les portes de la finale nationale. Les Souletins seront les porte-drapeau des espoirs basques pour un bouclier de Brennus. A noter toutefois que le comité Côte Basque Landes comptera aussi un représentant landais en finale de 1e série, puisque l’équipe de Saint Martin de Seignanx a remporté son derby des demi-finales devant le voisin Ondres (21 à 8), et affrontera Castillonés (47) pour le titre.

A la une du week end : du rugby avec les demi-finales pour Anglet, l’ASB, Urrugne et Menditte

C’est déjà l’heure du dernier carré du championnat de France de rugby. Loin des paillettes du Top 14, loin aussi du tumulte engendré par la fusion annoncée du Biarritz Olympique et de l’Aviron Bayonnais. Il reste quatre rescapés, les quatre derniers mousquetaires représentant le rugby basque sur la route menant à l’attribution du fameux bouclier de Brennus qui fait rêver tout le peuple d’ovalie. Anglet en Fédérale 2, les garçons de l’AS Bayonne dans le championnat Honneur, Urrugne en Promotion Honneur et le club de Menditte en 4e série. Cette bande des quatre joue ce dimanche les demi-finales, ce qui va sans nul doute drainer une cohorte de supporters sur les routes de la région.

Anglet, l’ASB, Urrugne et Menditte restent en course pour un bouclier de Brennus

Il n’en reste plus que quatre, quatre rescapés sur la route du championnat de France menant à l’attribution du fameux bouclier de Brennus qui fait rêver tout le peuple d’ovalie. Anglet en Fédérale 2, les garçons de l’AS Bayonne dans le championnat Honneur, Urrugne en Promotion Honneur et le club de Menditte en 4e série. Cette bande des quatre rentre dans le dernier carré en jouant dimanche prochain les demi-finales. Dommage pour le Boucau-Tarnos Stade, battu au finish par le voisin Peyrehorade en quart de finale de Fédérale 3. Une courte défaite 23 à 22 subie sur le terrain de Mouguerre devant une foule des grands jours. Ces phases finales du championnat de France suscitent un vrai engouement auprès du public, on n’avait jamais vu autant de monde à Dibusty. Le coup d’envoi avait même été retardé pour permettre l’accueil de la foule qui se pressait aux guichets !

A la une du week-end : les phases finales pour Anglet, Boucau-Tarnos, l’ASB et le derby Bardos-Urrugne

Les joueurs des clubs professionnels ont bouclé la saison, laissant les dirigeants s’activer en coulisses. Et au Biarritz Olympique comme à l’Aviron Bayonnais, l’intersaison promet d’être délicate et difficile. Quelques clubs amateurs ont la chance chaque année de poursuivre leur route en phase finale. Cette année, il reste Anglet en Fédérale 2, le Boucau-Tarnos Stade en Fédérale 3, l’AS Bayonne dans le championnat honneur et les deux finalistes de côte basque, Bardos et Urrugne, qui se retrouvent dimanche en quart de finale du championnat de France Promotion Honneur. Un derby qui s’annonce déjà chaud.

Le rugby bayonnais descend en Pro D2 mais le football monte en CFA

Les sportifs bayonnais auront vécu un drôle d’après-midi ce samedi. Au stade Jean Dauger, les rugbymen de l’Aviron ont connu une victoire au goût amer, un succès 45 à 12 avec 7 essais mais leur générosité offensive n’a pas été récompensée en retour. Brive remportait aussi son match avec le bonus offensif (27 à 0) devant le Stade Français et Grenoble arrachait de justesse son point de bonus défensif à Lyon (29 à 24). Les Bayonnais se retrouvent ainsi relégués en Pro D2, un an après le BOPB. L’Aviron disparait du Top 14 et, pour la première fois, il n’y aura plus l’an prochain d’équipe basque dans l’élite du rugby français. Heureusement pour les supporters de l’Aviron, la journée de samedi s’est achevée sur une bonne nouvelle avec la montée de l’équipe de football en CFA, 2 années après avoir quitté ce championnat. L’Aviron s’est offert en guise de conclusion une belle victoire sur Toulouse 2 à 0 avec en prime le billet de la montée.

Fédérale 1 : la détresse des Luziens menacés de relégation en Fédérale 2

C’est un monument du rugby basque qui est en péril depuis quelques semaines. Le Saint Jean de Luz Olympique se retrouve en position de relégable dans le championnat Fédérale 1. Et le dernier match livré samedi sur le terrain de Langon n’a rassuré personne. La spirale des défaites accumulées depuis le début de saison a plongé les joueurs dans une détresse inquiétante. Il est vrai que la malchance s’est acharnée sur le groupe en multipliant les blessés durant l’automne. Les quelques rencontres perdues d’un souffle à pavillon bleu cet hiver ont fini de saper le moral des troupes. A tel point que samedi, à Langon, l’équipe qui s’était bien défendue en première mi-temps (9 à 3 à la pause) a ensuite craqué mentalement pour s’incliner 23 à 3 et laisser le club bon dernier de poule à 4 journées de la fin.