Date de naissance 15/08/1976
Lieu de naissance Bayonne, France
Emplacement Miami, FL, United States
Emploi Joueur de cesta punta professionnel
Sports pratiqués Pelote
Compétition
Pel102

(archives : Rétrospective 2011)

L’homme au Gant d’Or

Eric Irastorza aura délaissé les belles plages de Floride pour passer ses vacances d’été au soleil de Biarritz. Le professionnel de cesta punta, enfant de Bidart aura surtout brillé sur la cancha d’Aguilera lors du fameux Gant d’Or. Pensionnaire depuis 13 ans du fronton de Miami, le champion de la Kostakoak voulait marquer de son empreinte l’été biarrot. D’autant que les portes des autres tournois de la côte Basco-landaise s’étaient refermées devant lui. Avec une envie décuplée, Eric Irastorza a fait mieux qu’honorer son unique contrat estival. Il a démontré à quelques semaines du Mondial d’Hossegor qu’il restait le numéro 1 français. Associé à Diego Beascoechea, notre basque bondissant a bousculé par sa puissance et sa maîtrise tous ses rivaux pour s’offrir un 6ème Gant d’Or. Une performance saluée en finale par plus de 2000 supporters rassemblés dans le temple de l’Euskal Jai cher au regretté Fernand Pujol. « Je savais que j’étais attendu à Biarritz, je ne voulais décevoir personne je me suis préparé en conséquence avec un entrainement spécifique d’un mois. » précise-t-il.

Au rythme des paris

Eric Irastorza fait partie de ces joueurs de pelote qui ont décidé de s’expatrier pour vivre leur passion à fond. Il n’a pas hésité à traverser l’Atlantique pour jouer à Miami. En Floride, la cesta punta fait l’objet de paris les frontons emploient des joueurs professionnels. « On peut jouer cinq ou six parties par jour, six jours par semaine, des parties qui mettent aux prises plusieurs équipes : ce sont des quinielas à l’américaine beaucoup d’argent est en jeu. » Pour tenir le rythme de ces parties rapides nécessitant un effort parfois court mais violent, mieux vaut être du genre costaud, physiquement et moralement. C’est le cas de notre champion que certains ont surnommé «le grand» pour ses 1,92 m et 105 kilos. Un joueur infatigable, endurant et puissant, capable d’envoyer des pelotes à plus de 200 km/h. « Sur une quiniela, cela se joue plus sur la technique et la vitesse que la force physique. On gagne un point, deux, ou même trois, puis on sort. Il faut rester concentré pour le retour, être costaud dans sa tête, jouer juste, alors que sur une partie de 35 points comme on les joue ici, on peut toujours se rattraper. »
Depuis son arrivée en Floride en 1998, Eric Irastorza s’est bien adapté à ce métier. Car le joueur exerce un véritable métier, plutôt difficile face à la pression des parieurs et des employeurs, propriétaires d’équipes ou organisateurs. Avec le talent qu’on lui connaît, le Bidartar a fait sa place au soleil de Miami. Souvent élu meilleur joueur de son fronton, il est aujourd’hui entré dans le gotha des quatre plus grands Pros de Floride.

Il a tout gagné chez les amateurs

Eric Irastorza a fait ses premiers pas de joueur de pelote sur le fronton de Bidart à l’âge de 10 ans. Sous les couleurs de la Kostakoak, le jeune homme allait truster les titres de champion de France de cesta punta. Un premier chez les poussins pour clore sa première année de compétition, suivi d’un second chez les benjamins, puis les cadets avant de parachever la collection avec celui des juniors et des seniors. Rien n’échappera à ce jeune joueur surdoué du gant d’osier : le titre de champion du Monde espoir en 1995, puis le titre suprême en 1998. « J’avais bouclé la boucle et déjà, lors du Mondial espoir, on me proposait un contrat pour être Pro au fronton de Miami. J’avais refusé, m’estimant trop jeune et puis je voulais terminer mes études. » C’est donc en fin d’année 1998, avec en poche son titre mondial et son diplôme de commercial, qu’il débarque en Floride. « Là-bas j’étais inconnu, tous mes titres n’avaient aucune valeur, je repartais à zéro. Il a fallu s’accrocher. Heureusement, j’ai retrouvé mon idole de Saint-Jean-de-Luz, Daniel Michelena. Trois mois après, on gagnait ensemble le plus grand tournoi de Floride. A partir de là, je me suis fait un nom, d’autant que l’année suivante, j’étais désigné numéro 1 sur le fronton de Miami. » Et Eric Irastorza qui ne devait rester qu’un an en Floride a poursuivi sa belle carrière loin de son fronton de Bidart. Cela fait maintenant 13 ans qu’il brille au soleil de Miami. Aussi étincelant que son Gant d’Or !


Bannière produits JDS