Roller hockey : les Artzak repartiront la saison prochaine en Nationale 2

Le club des Artzak d’Anglet a tourné pour de bon la page du championnat de France élite. Avec forcément des regrets, le club ayant brillé ces dernières années au plus haut niveau, comme en témoigne son palmarès, l’un des plus beaux des clubs en Pays Basque : triple champion de France (2010, 2011, 2012), quadruple vainqueur de la Coupe de France (2006, 2007, 2009, 2013) et quadruple vice-champion d’Europe (2006, 2010, 2011, 2012). Mais cette saison, le club a éprouvé des difficultés financières qui l’ont obligé à lancer une campagne de dons pour tenter de boucler le budget. Pas question donc de repartir en élite la saison prochaine. La raison l’a emporté. Après réflexion et concertation avec les joueurs, les Artzak vont rejoindre la Nationale 2 en s’appuyant sur leur équipe évoluant déjà à ce niveau.

Anglet, l’ASB, Urrugne et Menditte restent en course pour un bouclier de Brennus

Il n’en reste plus que quatre, quatre rescapés sur la route du championnat de France menant à l’attribution du fameux bouclier de Brennus qui fait rêver tout le peuple d’ovalie. Anglet en Fédérale 2, les garçons de l’AS Bayonne dans le championnat Honneur, Urrugne en Promotion Honneur et le club de Menditte en 4e série. Cette bande des quatre rentre dans le dernier carré en jouant dimanche prochain les demi-finales. Dommage pour le Boucau-Tarnos Stade, battu au finish par le voisin Peyrehorade en quart de finale de Fédérale 3. Une courte défaite 23 à 22 subie sur le terrain de Mouguerre devant une foule des grands jours. Ces phases finales du championnat de France suscitent un vrai engouement auprès du public, on n’avait jamais vu autant de monde à Dibusty. Le coup d’envoi avait même été retardé pour permettre l’accueil de la foule qui se pressait aux guichets !

Trail : Benoit Cori 13e pour son premier championnat du monde à Annecy

Bonne performance pour le champion d’Ustaritz Benoit Cori qui termine 13e aux championnats du monde disputés samedi à Annecy en Savoie. Pour sa première sélection en équipe de France, il rentre dans le top 15 mondial avec en prime la participation au titre de champion du monde remporté par les tricolores. Des tricolores qui ont dominé ce mondial organisé pour la première fois en France, avec les titres individuels de Sylvain Court et de Nathalie Mauclair, et la première place par équipe chez les hommes et les femmes. Les Bleus ont raflé les quatre titres en jeu malgré la présence de 37 nations et de plus de 300 coureurs. En plus, le parcours tracé sur les sommets entourant le lac d’Annecy affichait plus de 5 000 mètres de dénivelé, de belles pentes et une température matinale proche du zéro. En effet, Benoit Cori s’est aligné au départ en pleine nuit à 3h du matin, obligé de courir à la frontale et il fallait avaler 86 bornes en haute montagne en franchissant plusieurs sommets de cols !

Bannière produits JDS

A la une du week-end : les phases finales pour Anglet, Boucau-Tarnos, l’ASB et le derby Bardos-Urrugne

Les joueurs des clubs professionnels ont bouclé la saison, laissant les dirigeants s’activer en coulisses. Et au Biarritz Olympique comme à l’Aviron Bayonnais, l’intersaison promet d’être délicate et difficile. Quelques clubs amateurs ont la chance chaque année de poursuivre leur route en phase finale. Cette année, il reste Anglet en Fédérale 2, le Boucau-Tarnos Stade en Fédérale 3, l’AS Bayonne dans le championnat honneur et les deux finalistes de côte basque, Bardos et Urrugne, qui se retrouvent dimanche en quart de finale du championnat de France Promotion Honneur. Un derby qui s’annonce déjà chaud.

Aviron Bayonnais FC : le départ du président Tortigue, Michel Bidegain rejoint le camp des dirigeants

L’Aviron Bayonnais FC a bouclé sa saison sur une montée en championnat CFA. Une ascension presque inespérée si l’on se réfère à la relégation sportive subie l’an dernier à la même époque. Mais il faut dire que l’arrivée d’un nouveau staff et de nouveaux joueurs aura permis de réaliser des prouesses. Et le plus remarquable restera aussi l’équilibre financier réalisé par les dirigeants. Le club, au bord du gouffre d’un dépôt de bilan annoncé, a su redresser les comptes au prix de sacrifices énormes. Le président Vincent Tortigue peut quitter son poste en ayant réussi sa double mission : le redressement financier et le retour en championnat CFA. Il a déjà annoncé son départ, qui sera officialisé lors de la prochaine assemblée générale prévue le 2 juin. Son successeur devrait être un homme du sérail, Emmanuel Mérin, avec de nouveaux dirigeants dont un certain Michel Bidegain.

La boxe anglaise a conquis Ondres lors de son gala

Jusqu’à présent, la société intermunicipale du Boucau Tarnos organisait ses réunions de boxe à la salle Léo Lagrange de Tarnos, et le noble art attirait un nombreux public. On se souvient notamment, il y a deux ans, d’une salle comble pour le combat du boxeur-rugbyman Ludo Tauziet. Cette année, les dirigeants ont innové en décentralisant leur réunion annuelle sur le site du mur à gauche Larrendart d’Ondres. Une première pour la boxe dans cette cité qui était tournée jusque-là vers le rugby et la pelote. On peut dire que l’expérience aura été positive, puisque 800 personnes entouraient le ring dressé par le club boucalo-tarnosien. Des gradins bien garnis et un parterre de sportifs intéressés de découvrir pour certains le noble art. Les organisateurs avaient mis les petits plats dans les grands en offrant la possibilité de dîner au pied du ring !

Le Graal pour l’Aviron Bayonnais, les Genêts d’Anglet à l’image de leur saison

Qui l’eût cru ? Il y a tout juste un an, l’Aviron Bayonnais, au terme d’une saison galère, se voyait sportivement relégué à l’échelon régional, en Division Honneur. Finalement maintenus administrativement, les hommes du président Tortigue, au prix d’un beau succès sur la jeune réserve toulousaine (2-0) et d’un incroyable concours de circonstances, se retrouvent catapultés en CFA 12 mois plus tard. De son côté, le voisin angloy conclut une saison irrégulière par une ultime défaite (1-3) à Villenave, et termine dans le ventre mou du classement.

Les basketteuses de l’ACBB devront patienter pour accéder à la Nationale 1

Une fois de plus, les basketteuses de l’Anglet Côte Basque Basket ont raté la dernière marche pour monter en Nationale 1. Cela fait maintenant 5 ans qu’elles échouent aux portes de cette division. Et comme l’an dernier avec Marseille, le dernier match des play-offs joué samedi leur a été fatal, avec une lourde défaite subie sur le score sans appel de 74 à 48. Certes, Voiron a joué cette saison la finale de la coupe de France, une équipe qui évoluait il y a quelques années encore dans l’élite du basket français. Mais samedi, sur le parquet isérois, on n’a pas reconnu l’équipe angloye qui s’était imposée avec brio au match aller.

Le rugby bayonnais descend en Pro D2 mais le football monte en CFA

Les sportifs bayonnais auront vécu un drôle d’après-midi ce samedi. Au stade Jean Dauger, les rugbymen de l’Aviron ont connu une victoire au goût amer, un succès 45 à 12 avec 7 essais mais leur générosité offensive n’a pas été récompensée en retour. Brive remportait aussi son match avec le bonus offensif (27 à 0) devant le Stade Français et Grenoble arrachait de justesse son point de bonus défensif à Lyon (29 à 24). Les Bayonnais se retrouvent ainsi relégués en Pro D2, un an après le BOPB. L’Aviron disparait du Top 14 et, pour la première fois, il n’y aura plus l’an prochain d’équipe basque dans l’élite du rugby français. Heureusement pour les supporters de l’Aviron, la journée de samedi s’est achevée sur une bonne nouvelle avec la montée de l’équipe de football en CFA, 2 années après avoir quitté ce championnat. L’Aviron s’est offert en guise de conclusion une belle victoire sur Toulouse 2 à 0 avec en prime le billet de la montée.

A la une du week-end : le rugby et le football bayonnais jouent leur avenir

C’est le dernier grand week-end pour les sports collectifs, et nous allons avoir droit à un final à suspens. D’abord ce samedi après-midi (16h15), l’Aviron Bayonnais joue son maintien en Top 14 avec la réception de la Rochelle. Victoire impérative et si possible avec le bonus, mais les Bayonnais n’ont pas leur destin entre leurs mains. Ils devront en effet compter sur une contre-performance de Brive, voire de Grenoble. Dimanche (15h30), Anglet et Hendaye disputent le match retour décisif pour la montée en Fédérale 1. Hendaye avait arraché la victoire au match aller de peu (29-27), et les Angloys veulent une revanche. Le Boucau Tarnos Stade joue aussi le match de la montée en Fédérale 2 au stade de Piquessary devant les bigourdans de Vic. Ils ont déjà pris une option en remportant le match aller 38 à 23. Enfin, les footballeurs de l’Aviron Bayonnais devant Toulouse et les basketteuses de l’Anglet Côte Basque Basket à Voiron jouent aussi samedi en soirée le match de la montée.