Le Journal Du Sport fait peau neuve

Cher(e) internaute,

Le JDS revient à l’automne avec une nouvelle formule : nouveau design, nouvelles rubriques et nouveaux horizons…pour toujours plus de sport.

Bel été sportif à toutes et tous !

6 coureurs d’Urt Vélo 64 et du team Ose Paracycling au niveau mondial

Les paracyclistes d’Urt côtoient l’élite mondiale depuis la création de leur structure professionnelle, une des plus représentatives en Coupe du Monde. Six coureurs du club Urt Vélo 64 et du Team Ose Paracycling viennent en effet de participer à la troisième manche de la Coupe du Monde sur Route UCI à Elzach en Allemagne. Ils se sont confrontés avec succès à quelques 200 athlètes en provenance de 38 pays. Damien Debeaupuits et Mickaël Dhinnin ont aussi représenté le club sous le maillot tricolore aux derniers championnats du monde à Notwill en Suisse (7e), et le jeune espoir Dorian Foulon se prépare à partir en Afrique du Sud pour disputer la finale de la Coupe du Monde.

Le Club Olympique Bayonnais brille aussi sur le sable, les lutteurs s’illustrent au beach wrestling

On connait bien le beach rugby ou encore le beach volley, la plage des Sables d’Or d’Anglet accueille chaque été des tournois. On connait moins le beach wrestling, la pratique de la lutte dans le sable. Et pourtant, le premier tournoi de beach wrestling en France avait été organisé par le Club Olympique Bayonnais sur la plage des Sables d’Or, c’était en 2006. Les dirigeants bayonnais n’ont pu reconduire cet événement, faute de moyens financiers, mais l’organisation a fait des émules sur le sable girondin à la Teste-de-Buch. Cela n’a pas empêché les Bayonnais d’y participer et de s’illustrer cette année, avec notamment la belle performance du jeune espoir Hugo Cirilo.

Masters des fêtes de Bayonne : Peyo Larralde récidive

Peyo Larralde récidive. Il vient de remporter pour la deuxième fois consécutivement le Masters de fêtes de Bayonne, le tournoi le plus prisé du circuit de main nue élite pro. Une belle confirmation pour ce jeune joueur, qui a été couronné cette saison champion de France élite pro par équipe. Peyo Larralde avait changé d’équipier cette année. Il était associé à Juan Martinez de Irujo, l’homme aux 12 couronnes de champion d’Espagne professionnel, titré dans les trois spécialités : le tête à tête, par équipe et le quatre et demi. Et face à lui, il a retrouvé en finale son équipier de l’an dernier, Baptiste Ducassou, qui avait lui pour partenaire Agustí Waltary. La finale que l’on annonçait explosive s’est soldée par un score sans appel de 40 à 24 !

Bannière produits JDS

Trail : Beñat Marmisolle vainqueur de jour à Larrau et Cyril Morillo l’emporte dans la nuit sur la Rhune

Ce début août, les courses à pied se multiplient. Samedi, deux grands trails étaient proposés aux amateurs de montagne. De jour avec un départ au petit matin à Larrau sur les pentes de Soule et de nuit sur le massif de la Rhune. Les deux épreuves offraient une bonne distance et quelques belles pentes, plus de 30 kilomètres à avaler avec un dénivelé de plus de 1 000 mètres. Le Trail N.U.I.T. a vu s’élancer bon nombre de touristes en jambe, le plus rapide étant Cyril Morillo qui boucle les 33 kilomètres du parcours en 3 heures et 43 minutes. A Larrau, pour le Xibero Trail, les grosses pointures avaient fait le déplacement. Le Souletin Beñat Marmisolle est parvenu à devancer au finish les deux champions de la sélection basque, Goni Imanol et Aritz Egea Caceres.

Le Trail N.U.I.T. à Ibardin, une sortie sportive originale en pleine montagne

Ce premier week-end d’août offre pour les amateurs de montagne un rendez-vous insolite samedi sur les pentes du col d’Ibardin. Un Trail de nuit, l’un des rares dans la région en montagne. Un autre Trail de nuit est programmé le 28 août mais en milieu urbain à Biarritz. Si le beau temps veut être de la partie, cela promet d’être féerique, une belle sortie pour les noctambules, loin du tumulte des fêtes de Bayonne ! Il faut toutefois un minimum d’entrainement et de condition physique pour aborder ce genre de sortie en montagne, d’autant que les parcours s’effectuent en semi-autonomie. 

La Foulée du Festayre remportée par l’international portugais José Manuel Dias Rocha

La 16e édition de la Foulée du Festayre a fait exploser le chiffre de participation : 6 250 coureurs, soit un millier de plus que l’an dernier. Et quand on sait que la première édition n’avait rassemblé que 600 coureurs, la foulée est passée aujourd’hui à la puissance 10 ! Avec forcément une organisation qui a dû s’adapter à cet extraordinaire engouement. Le parcours actuel des 12 kilomètres devrait d’ailleurs être revu l’an prochain pour éviter les inévitables embouteillages que provoque le passage de l’énorme peloton entre l’avenue Montbrun d’Anglet et les bords de l’Adour. En tout cas, les participants ont une fois de plus apprécié l’ambiance de cette course qui se veut à la fois sportive et festive. La température était idéale pour courir, le gros du peloton a même eu droit à un petit arrosage du ciel en arrivant sur les quais de l’Adour à Bayonne.

La Foulée du Festayre et le Master de pelote têtes d’affiche sportive des fêtes de Bayonne

Les fêtes de Bayonne qui s’ouvrent ce mercredi offrent un programme sportif intéressant. De nombreux rendez-vous jalonnent les 5 jours de réjouissances, avec dès l’ouverture la Foulée du Festayre, la Nive en fête, le match de rugby des French Legends et le Master de pelote basque. 6 oo0 coureurs sont attendus au départ ce mercredi matin à Biarritz, pour la 16e édition de la Foulée du Festayre qui rejoindra les bords de l’adour à Bayonne. Sur le plan d’eau de la nive, au niveau du ponton de l’Aviron Bayonnais, se disputeront en même temps des courses de pirogues. L’après-midi, les amateurs de rugby se retrouveront au stade Belascain, au pied des remparts, pour voir les anciens internationaux (à partir de 16h30). Les autres auront rendez-vous en soirée à partir de 18h30 au trinquet moderne pour la première demi-finale des fameux Masters de pelote à main nue.

L’Anglet Beach Rugby Festival a fait son spectacle

Cette année, l’Anglet Beach Rugby Festival a retrouvé le soleil samedi et dimanche, après une journée d’ouverture un peu humide et ventée. On se souvient que l’an dernier, le soleil s’était montré timide et l’air bien frais. Or le beach rugby est plutôt associé à l’image du sable chaud. Ce retour du soleil aura permis aux participants des différents tournois de faire du spectacle. Le public venu  découvrir le rugby de plage a apprécié le jeu pratiqué dans ce stadium de sable de 10 000 m² divisés en trois terrains de jeu, au bord de l’océan. Plus de 1 500 compétiteurs de tous les âges s’en sont donnés à cœur joie et parmi eux, quelques visages connus du monde de l’ovalie.

Le Toulouse Football Club et la Real Sociedad se contentent du nul à St Jean de Luz

Le football a pratiquement rempli samedi soir le stade de Pavillon Bleu de Saint Jean de Luz à l’occasion de la rencontre amicale disputée entre le Toulouse Football Club et la Real Sociedad de Saint Sébastien. Côté populaire, l’objectif a été atteint, cette rencontre ayant été organisée au profit des écoles en langue basque par l’association Seaska. Plus de 3 000 personnes pour le ballon rond, c’est plutôt bien quand on sait que le rugby avec l’Olympique Luzien a du mal à atteindre le millier de spectateurs pour les rencontres du championnat fédérale.

A la une du week-end : l’Anglet Beach Rugby Festival et ses 1 500 joueurs sur le sable

Le rugby revient à la une ce week-end, pas encore sur les terrains du championnat de France, mais sur le sable d’Anglet. Cela fait plus de 10 ans qu’il a trouvé ses marques sur la plage des Sables d’Or. L’Anglet Beach Rugby Festival constitue à la fois une belle recréation de l’été tout en donnant déjà un avant-goût des joutes plus officielles. Et pendant que les amateurs d’ovalie vivront à l’heure du tournoi angloy, les amoureux du ballon rond seront à Saint Jean de Luz ce samedi à 18h pour voir à l’œuvre les joueurs professionnels de la Real Sociedad et du Toulouse Football Club. Ce match est organisé à la demande du club basque au profit de l’association Seaska, qui gère les ikastola (écoles en langue basque). La Real se mesurera donc au TFC (Ligue 1), qui avait affronté l’Athletic Bilbao l’an passé à Bayonne.